Mme Al Khéïma Abdel Banat, chargée de suivi des seuils du GGO d’Amsoufouya

« J’ai 40 ans et je suis née à Assartini, je suis mère de 7 enfants, 4 garçons et 3 filles. Je fais partie d’un groupement qui s’appelle Al Makhama (L’union, en arabe tchadien), composé de 33 femmes et 5 hommes.
Les bénéfices des seuils sont importants ! Grâce aux seuils on a pu commencer à faire du maraîchage ! Aussi, les rendements des cultures pluviales dans les champs autour des seuils ont beaucoup augmenté : avant,
dans mon champs moi je récoltais 5 sacs de mil pénicillaire, cette année j’ai eu 10 sacs, soit le double ! Egalement, tout autour des seuils on a profité de l’eau jusqu’à trois mois après la saison des pluies. On a creusé des puits
traditionnels et on a utilisé l’eau pour la consommation humaine, pour les animaux et pour arroser les champs, sans besoin d’aller à pied jusqu’au fleuve Batha (15 minutes de chemin). Notre espoir est d’élargir encore nos surfaces cultivées et de faire aussi du sorgho, qui demande beaucoup d’eau. Maintenant j’espère qu’on pourra avoir des semences améliorées et du matériel agricole, et aussi apprendre à faire des bio-pesticides. Avec le surplus de rendement, je pense augmenter mon cheptel : je vais acheter 2 ou 3 moutons ; je vais aussi acheter de l’or et des ustensiles de cuisine comme investissement pour mes filles.
Les seuils sont importants et il faut bien les entretenir. Je suis membre du GGO et j’ai été élue comme chargée du suivi des seuils. On fait des descentes sur le terrain et si on constate des dégâts, on le signale. Nous sommes 5 chargés de suivi des seuils et je suis la seule femme…»


Pages: 1 2 3 4 5 6 7

Nos Partenaires